La procrastination : la faute à notre cerveau !

La procrastination : la faute à notre cerveau !

Vous reportez à plus tard ce gros dossier ou de mettre vos baskets pour aller courir ? Vous pensez à un coup de flemme ? Peut-être mais pas que… Pour réaliser ces actions, cela suppose au cerveau d’engager des ressources : cela a un coût cognitif et physique. L’action étant vitale à notre survie, notre cerveau est programmé depuis des temps très anciens pour optimiser nos chances de rester en vie (partie de notre cerveau dite reptilien), et donc à minimiser nos efforts pour conserver notre énergie lors des périodes de pénurie.

Et si nos modes de vie ont évolué à très grande vitesse, notre partie reptilienne a évolué de façon beaucoup plus lente et préfère toujours minimisation des efforts et économie d’énergie. Donc pour vous remettre au sport ou rendre ce dossier, vous avez besoin de vous autoréguler et de voir la satisfaction obtenue pour la réalisation de cette action. Pour lire la totalité de l’article.