La valeur symbolique de l’héritage

La valeur symbolique de l’héritage

Depuis la mort du plus célèbre rockeur français, la bataille est rude entre les deux clans. Qu’est-ce que cela nous apprend sur la valeur symbolique d’un héritage ? Hériter, c’est hériter de beaucoup de choses, c’est transmettre, notamment les valeurs morales, la mémoire de la famille ou encore le patrimoine matériel et immatériel. C’est être reconnu, c’est préserver un lien post-mortem avec le défunt, c’est une attestation de l’importance que l’on a eu. Etre écarté d’un héritage, c’est être bafoué dans ce principe de reconnaissance, de la place dans l’histoire familiale. Et c’est qui génère tant de violence, d’autant avec les familles recomposées : cela met en évidence la fragilité du lien de filiation, entre lien du sang et lien du cœur.

Nous avons une calculette familiale inconsciente qui comptabilise ce que nous recevons et ce que l’autre reçoit comme cadeaux, attentions, amour, soutien, etc.  Au moment de la disparition, les comptes inconscients se font et les comparaisons commencent entraînant la jalousie, les rivalités, les haines, les sentiments d’injustice, le manque de reconnaissance. L’argent va être le terrain idéal pour mener ces batailles de reconnaissance. Et plus le parent nous a manqué de son vivant, plus une compensation est attendue au travers des biens hérités qui viennent réparer, compenser les manques et les sentiments d’injustices du passé. Pour lire la totalité de l’article.