Le système immunitaire comportemental

des plus et des possibles-Coaching individuel-Collectif-Formation-Dirigeants-Managers-Collaborateurs-Co-développement-Conférences-Accompagnement-Paris

Le système immunitaire comportemental

Vous commencez à suspecter votre voisin d’être porteur du coronavirus à la moindre toux ? Vous pensez qu’une personne sans masque est un danger ambulant ? Votre système immunitaire comportemental (ou social) s’est mis en marche. Il s’agit d’un mécanisme de défense et de préservation contre les infections.

Quels types de comportement traduit-il ?
– L’intensité de la sensibilité de notre cerveau à détecter tous signaux suspects pouvant indiquer la présence d’un individu malade (pâleur excessive, forte toux…).
– Le fonctionnement de notre système immunitaire lui-même afin de détruire les agents pathogènes potentiels.
– Une baisse des déplacements et la mise en place de la distanciation physique afin de réduire les rencontres et les contacts avec les autres personnes et donc limiter le risque d’infection.
– Enfin, les conduites de séparation et de rejet des autres : nous devenons alors intolérants envers les personnes que nous imaginons en mauvaise santé. Surtout quand les personnes sont différentes de nous : couleur de la peau, origine raciale…

Pourquoi notre cerveau commet-il de telles erreurs ?
Par des conclusions hâtives et sans rationalité : un individu d’allure différente peut apporter des dangers inconnus.
Par expérience : les personnes naturellement méfiantes sembleraient moins infectées.
Enfin par obsolescence : notre système immunitaire comportemental est un fonctionnement ancien qui continue à voir des ennemis partout malgré les progrès de la science.

Quoi faire ?
La solution est donc d’aider notre cerveau à placer le juste curseur pour éviter que notre système immunitaire social s’emballe : comment sortir en prenant le moins de risques ? Combien de temps rester dans une pièce et avec combien de personnes ? Faire un calcul intelligent avec les données actuelles, même si celles-ci sont changeantes et imprécises. Et parce qu’elles sont changeantes et imprécises, les réflexes de rejet ont la vie dure… Pour lire la totalité de l’article. Photo by Daniele Levis Pelusi on Unsplash
Un besoin de travailler sur vos réactions envers les autres ? Découvrez nos périmètres d’actions !